19/09/2017

Baisse des APL : priver les bailleurs sociaux des moyens d’agir et dégrader la qualité de service pour les locataires

De plus en plus stigmatisé comme une charge pesante sur les comptes publics, le Logement est aujourd’hui ciblé comme source d’économies à réaliser. Le Gouvernement a ainsi annoncé une réduction des dépenses publiques dans ce domaine par la baisse des aides personnalisées au logement (APL) entièrement compensée par les bailleurs sociaux via une diminution équivalente de leurs loyers.

Partenord Habitat s’associe pleinement aux alertes lancées par les acteurs du logement social en France. De cette mesure résulterait en effet d’importants déséquilibres financiers qui engendreraient de graves répercussions en termes d’investissement, d’entretien du patrimoine et de qualité de service rendu aux locataires.  

Selon les sources, la baisse des APL pourrait aller jusqu’à 60 euros par mois.  

En faisant ici l’hypothèse, à l’échelle de Partenord Habitat, d’une diminution des APL – et donc de l’ensemble des loyers de l’Office – de 50 euros mensuels, une telle baisse serait synonyme d’une perte de 25,4 M€ annuels, soit de 12,5% de notre chiffre d’affaires, de 100% de notre autofinancement et donc de la totalité de notre capacité d’investissement (150 M€ par an).  

Face à cette menace très concrète, l’annonce du maintien du taux du livret A et la possibilité d’augmenter le supplément de loyer solidarité (SLS) sont deux contreparties qui ne sont absolument pas à la hauteur et ne permettront pas aux bailleurs sociaux de surmonter cette perte de revenus locatifs.  

Pour Partenord Habitat, une telle mesure signifierait donc une impossibilité totale de faire face aux grands enjeux économiques et sociaux : construire des logements neufs adaptés à une demande toujours très forte, répondre aux enjeux de la transition énergétique à des fins sociales pour les ménages et environnementales pour notre planète, faire le renouvellement urbain et assurer pleinement son rôle de bailleur auprès de ses clients.  

Les locataires seraient in fine les victimes d’une mesure qui ne permettrait plus à leur propriétaire de garantir la même qualité de service.  

Partis de l’idée légitime de lutter contre l’attitude de quelques propriétaires très minoritaires et peu scrupuleux qui ajustent leur loyer à l’aide au logement que perçoivent leurs locataires plutôt qu’en fonction de la qualité du logement loué, nous en sommes aujourd’hui à une remise en cause des équilibres financiers des bailleurs sociaux dont les loyers sont strictement encadrés et qui participent à la richesse nationale et à l’emploi local par leurs investissements ! 

Contact presse : Fabien Lapouge - 06.46.77.79.91 - flapouge@partenordhabitat.fr 

 

Vous pouvez télécharger ce communiqué de presse au format pdf en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Baisse des APL - Priver les bailleurs sociaux des moyens d’agir et dégrader la qualité de service pour les locataires

Imprimer Envoyer par courriel Ajouter à mes favoris